aller au contenu
14/10/2010

Contournement de Thorembais

Passage en force du tracé « Antoine » au Gouvernement wallon

En 2007, André Antoine, alors ministre de l'Aménagement du territoire, présentait son projet d'extension du zoning de Perwez. Parallèlement était avancée l'idée de la création du contournement de Thorembais. Beaucoup avaient alors exprimés leurs doutes quant à la localisation du tracé suggéré par André Antoine. Parmi eux, Ecolo Perwez a proposé un tracé alternatif, moins problématique d'un point de vue environnemental et moins consommateur de terre agricole. Raillé par la majorité, ce tracé présenté comme irréalisable par ses détracteurs se voit aujourd'hui crédibilisé par l'étude du bureau Transitec. Il n'a toutefois pas été retenu par le Gouvernement wallon.

Rétroactes 

Le tracé initialement présenté (appelons-le « tracé 1 »)  est une route régionale contournant Thorembais-St-Trond et permettant la liaison entre le futur zoning et l'échangeur donnant accès à la E411.
Situé sur une zone agricole fertile, et traversant une zone d'intérêt écologique important, le projet avait été contesté par Ecolo Perwez. En effet, cette nouvelle voirie est littéralement située à travers champs, sans suivre le tracé de chemins ou voiries existantes. D'autres éléments liés à l'hydrologie et à la mobilité rendait le projet douteux. Le groupe local d'Ecolo à Perwez avait dès lors proposé un tracé alternatif, utilisant des voiries existantes à adapter, qui relierait la N243 directement à l'aire de repos d'Aische-en-Refail. André Antoine avait jusqu'alors toujours maintenu que cette proposition n'était pas faisable techniquement et l'avait refusé en bloc.

Dans le récent accord intervenu au Gouvernement wallon concernant l'extension du zoning de Perwez, le ministre Ecolo Philippe Henry a proposé de recourir à une étude de mobilité, afin de trouver objectivement la solution la plus efficace et la moins nuisible possible à cette problématique. Les deux alternatives ont donc été étudiées sur un même pied par le bureau Transitec.

Le tracé 2 : techniquement faisable, politiquement impraticable

Les conclusions de l'étude sont aujourd'hui connues. A la lecture du rapport, il apparaît qu'aucune des deux hypothèses ne rencontre de critère d'exclusion à sa réalisation. Aucune des deux propositions n'est en pratique meilleure que l'autre. Le tracé alternatif proposé par Ecolo est donc techniquement possible, et pas aussi farfelu que certains ont voulu le faire croire.

Malgré la faisabilité du tracé alternatif proposé par Ecolo Perwez, le Gouvernement wallon a décidé ce jeudi 7 Octobre de maintenir le choix du tracé 1. Cette décision, en grande partie imposée par le ministre perwezien, marque la fin d'une longue procédure au cours de laquelle Ecolo Perwez n'a jamais plié. S'il ne s'agit pas à proprement parler d'une victoire, le groupe local montre une fois de plus que ses propositions sont crédibles et constructives, quoi qu'en disent ses opposants.  

Néanmoins, il semble qu'une  erreur de procédure dans le dossier présenté au gouvernement wallon risque d'obliger l'administration de recommencer la phase de consultation. La population devrait donc pouvoir s'exprimer à nouveau. En pratique et pour la suite, Écolo Perwez reste vigilant en soutenant toutes les actions locales et en proposant des aménagements afin de faire en sorte que cette nouvelle voirie soit la moins nuisible possible pour les riverains et leur environnement.

Groupe local de Perwez