aller au contenu

Newsleter n°3 - 19 Juin 2010

Nous vous l'avions promis dans notre première newsletter.L'actualité s'est imposée à nous...mais promesse donnée, promesse tenue !

Ce vendredi 18 juin le Gouvernement wallon décide de libérer des terrains, à des degrés très divers.

Depuis plusieurs mois, le gouvernement wallon planchait intensément sur le besoin des entreprises de disposer de nouvelles zones d'accueil en Wallonie. Notre locale Ecolo a pu exprimer au cabinet Henry notre position sur le dossier du zoning de Perwez, promesse faite de nous informer des évolutions du dossier, nous avons comme d'autres été surpris par la vitesse de la décision.

Certes, le plan Marshall 2.Vert, destiné à soutenir le redéploiement économique de la Wallonie, prévoyait bien la création de telles zones attendues par les acteurs économiques professionnels et les intercommunales de développement économique.

L'exécutif se targue d'aligner "2 760 hectares de nouveaux parcs". La réalité est plus subtile, mais Perwez fait partie de la catégories de projets, des "procédures en cours": Andenne (Petit-Warêt), Beauraing, Perwez, Comines (4 Rois), Saint-Georges-sur-Meuse, Braine-l'Alleud et Louvain-la-Neuve (RER), Ath-Enghien (Polaris), Péruwelz-Beloeil (Polaris) d'un total de 400 ha libérables.


Une extension que l'on a voulu imposer comme acquise pour Perwez, juste après les élections fédérales, un momentum pas innocent...révélations !

Prendre une décision en matière d'Aménagement du Territoire en Région Wallonne : processus

Pour toute une série actes, un Ministre n'agit pas seul. Comme dans tout exécutif (Gouvernement, Collège provincial, Collège communal) la plupart des décisions sont prises collégialement. Un membre de l'exécutif qui voudrait par exemple imposer une décision d'extension à ses collègues soumet une proposition à l'ordre du jour, et lors de la réunion suivante, ce point est abordé, analysé, discuté, amendé... il peut être immédiatement approuvé ou poursuivre sa route pour revenir plus tard, être abandonné. En notre affaire regarder à qui profite le crime revient à nommer le coupable, responsable du passage en force. Ne nous trompons pas d'adversaire, mais ce fait non innocent est largement à l'origine de la surprise de la décision et de la concertation de la locale in extremis la semaine du 18 juin. L'honneur de la méthode participative chère à Ecolo est sauve....mais de justesse !

Quelle politique d'aménagement du territoire inscrite par Ecolo dans la Déclaration de Politique Régionale soutient cette décision ?


La décision de principe de l'extension du zoning de Perwez est conforme à la DPR (Déclaration de Politique Régionale). L'apport d'Ecolo dans ce chapitre est conforme aux lignes des positions défendues par le parti, la création de nouvelles zones urbanisables (centres commerciaux, nouvelles ZAE...) se fait en priorité dans des noyaux urbains et la préférence est donnée à l'extension d'infrastructures existantes.


D'autres projets de Zones d'Activités Economiques (ZAE), moins bien localisées et moins en conformité avec la politique d'aménagement du territoire sont soumis à évaluation objective et la décision de mise en œuvre est reportée de quelques mois.

Voici pour la forme.

Et Perwez alors dans tout çà ? Oui à l'emploi local sous conditions.


Sur le fond, la superficie du zoning peut encore être discutée (même si sa taille a été légèrement diminuée par rapport au projet initial), mais la Conférence Permanente de Développement Territoriale (CPDT) a constaté un besoin de 82 ha de zones économiques dans le centre de la Province [1]. Pour satisfaire ces besoins dans le plus grand respect du territoire, Ecolo entend privilégier depuis longtemps les extensions à la création pure et simple de nouvelles zones. La nouvelle ZAE de 80ha prévue à Hélecine - Orp - Jodoigne(également en zone agricole) à quant à elle été abandonnée. La décision de Perwez doit donc être englobée dans une réflexion plus large sur l'installation des zones d'activité économiques en Wallonie.

Néanmoins la Commune de PERWEZ, n'étant pas desservie par le rail. Présentant un taux de chômage très faible n'est pas retenue comme pôle dans le Schéma de Développement de l'Espace Régional (SDER). Y implanter un parc d'activité d'une taille démesurée se fera toujours au détriment des pôles voisins (Wavre, Ottignies LLN, Namur, Gembloux, et Jodoigne-Sauveraine).

Notre Locale ne s'étant jamais opposée à la création d'emploi locaux, nous réitérons pour tout projet d'extension, notre préférence pour le soutien aux entreprises actives dans l'économie verte, proposant des emplois locaux faiblement délocalisables et s'insérant dans un tissu économique de commerces et artisans déjà actifs sur diverses zones commerciales de l'entité. L'emploi pour les générations futures est en partie à trouver dans ce vivier.

C'est pourquoi nous répétons notre position d'extension modérée du zoning. Une extension par phasage devrait permettre une utilisation parcimonieuse des surfaces agricoles victimes de la décision du Gouvernement Wallon.

Par contre pour la voirie d'accès....Non à la route !

On connaît aussi l'aspect très délicat de la voirie d'accès à cette zone. La proposition partant de l'échangeur de la E411 (qui a reçu beaucoup d'avis défavorables), la proposition d'alternative présentée par des observateurs locaux partant de l'aire de service d'Aische en Refail sur le E411, ou d'autres alternatives... ont alimenté des discussions âpres.

On connait aussi la position de la locale de Perwez et de sa régionale du Brabant Wallon. Cette position n'a pas changé ! C'est Non à la route de contournement de Thorembais-St-Trond. L'extension est déjà un prix très élevé en terme d'empreinte écologique sur le milieu. Il serait insoutenable de payer encore un prix pour une nouvelle route !

Pourtant, soucieux de ne pas vouloir imposer, comme d'autres leur vision dogmatique, le GW et donc le Ministre Henry également, n'a pas voulu décider sans objectiver cette question.

Il a décidé de charger les 2 bureaux CSD et Transitec d'une étude. Les différents scénarios (ou d'autres à proposer) seront analysés sur base d'éléments comme, les impacts écologiques et environnementaux, les nuisances, les usages multiples, les coûts...

La population, les différentes associations de terrain auront l'occasion de fournir tous les éléments au bureau d'étude, une étude d'incidence sérieuse et complète est exigée par la Locale Ecolo à l'encontre de son Ministre de l'environnement Philippe Henry. Soutenus par notre secrétariat régional, c'est l'engagement de la locale vis-à-vis des citoyens. Locale qui place son avenir et ainsi les limites du son soutien à la politique régionale, dans l'accomplissement exemplatif de ce quoi doit être la démocratie participative locale chères à nos instances et défendue depuis les origines par le parti Ecolo !

La locale Ecolo de Perwez paye un prix pour l'alignement à la stratégie de développement du territoire wallon et de sa sous-région de l'Est du Brabant Wallon. Elle prouve ainsi sa maturité à soutenir l'intérêt régional en renonçant à transférer sur d'autres communes les nuisances que cette décision du 18 juin impose à la population.


Ce prix payé, le Ministre Philippe Henry a maintenant la main et peut décider seul, pour la mise en œuvre et les modalités d'extension. Ce sera le cas, par exemple pour l'octroi de permis. Jusqu'au sommes nous prêt à subir les pressions ...pas au prix de perdre notre âme !

La décision politique est dure à avaliser pour notre locale qui s'est investie sans compter dans ce dossier, mais les choses ne sont pas encore faite selon le désir d'un seul homme  et d'une majorité absolue plébiscitée depuis 2006. Pratiquement, l'application du dossier entamera son parcours administratif, conformément à la législation en vigueur.

Le dossier de demande réalisé par l'IBW portait d'ailleurs sur une révision de plan de secteur. Le Ministre a pourtant décidé d'inscrire cette zone par un plan communal ! En cas de recours, le Conseil d'Etat ne manquera pas d'annuler ce plan communal d'aménagement, pour cause de non respect de l'économie générale du plan de secteur

Pour rappel, pour une modification du plan de secteur, la procédure légale de consultation du public, de réalisation d'une étude d'incidences et d'enquête publique peut être lancée. Il est donc alors possible de réagir à différentes étapes de cette procédure, jusqu'aux recours finaux. Le droit sera respecté parole d'Ecolo !

Chacun garde donc toutes ses prérogatives tout au long de la procédure pour minimiser au soutenable cette décision de développement local.


Au-dessus de l'esprit de clocher, d'un Bourgmestre empêché.Politiquement,........




(pour rappel nos positions en 2006)

En conclusion, ECOLO Perwez et Brabant wallon ne pourrait être favorable à la création de cette zone que si :
· la superficie de la zone était réduite et entièrement compensée planologiquement ;
· le contournement de Thorembais était abandonné au profit du raccordement à l'aire autoroutière d'Aische-en-Refail ;
· une révision de plan de secteur était initiée en lieu et place du plan communal d'aménagement ;
· la modification d'affectation était envisagée dans une approche globale (plan prioritaire bis).



[1] Etude réalisée avec le concours des trois universités, UCL, ULB et ULG ». Universités qui, selon le Bourgmestre-Ministre, estimeraient que cette extension est «la solution à privilégier».
Cette étude estime également que les besoins en nouveaux parcs d'activité dans l'Est du Brabant wallon seraient en grande partie couverts jusqu'à 2030 par la zone de JODOIGNE-HELECINE-ORP, si celle-ci n'était pas annulée par le Conseil d'Etat. Dans ce cas, les besoins en nouveaux parcs d'activité seraient de 36 ha bruts pour toute la région Est du Brabant wallon, d'ici 2024. Les besoins du centre du Brabant wallon sont estimés à 82,5 ha bruts d'ici 2024.

 

Oui à l'emploi local...non à la route !