aller au contenu
14/02/2020

Chronique d'un Conseil communal ou comment les FAKE NEWS sont monnaie courante à Perwez.

sur le conseil communal de Perwez du 11 février 2020.

Mardi dernier (le 11 février) se tenait le Conseil communal de Perwez.

Par rapport à certaines séances précédentes, l’ordre du jour était succinct et d’un contenu objectivement sans grande portée, en tout cas en ce qui concernait les décisions à prendre. Un point mis à l’agenda par l’opposition allait même dans le sens du programme que la nouvelle majorité souhaite résolument appuyer à savoir la diminution des déchets. Tout cela était donc prometteur d’une soirée enfin plus consensuelle et positive!

Et pourtant, le climat qui a régné dans la plupart des séances précédentes a malheureusement encore une fois pris le pas sur le consensuel et ce, très vite !

Le moins qu’on puisse dire de la majorité communale est qu’elle gère ses dossiers en bon père de famille en prenant comme il se doit des conseils auprès de tous les experts et entités qui peuvent ou doivent être consultés à tous les niveaux de pouvoir, en contactant de surcroît les habitants lorsqu’ils sont concernés par les dossiers et bien sûr auprès des services de l’administration. La gestion d’une commune est une matière complexe qui exige énormément de moyens humains, de contacts, d’énergie mais aussi de temps là où des « procédures » administratives ou légales doivent être suivies. La gestion d’une commune peut être comparée à la trajectoire d’un gros bateau. Si on souhaite la modifier, modifier la politique d’une commune, cela prend du temps, le temps que le gouvernail agisse, que les procédures se déroulent à leurs rythmes. Beaucoup de décisions de l’ancienne majorité ont donc encore des répercussions aujourd’hui et doivent parfois encore être finalisées.

Ainsi, en Conseil communal, la majorité vient avec ses points d’agenda résultant de multiples travaux de longue haleine réalisés avec le support de l’administration et comportant notamment souvent des aspects découlant de décisions de l’ancienne majorité. Il s’agit pour la majorité de faire aboutir ces travaux de fond qui ont exigé souvent des efforts considérables, en venant devant le « parlement communal » que constitue le Conseil. Et après tant d’efforts constructifs, l’épreuve finale dans le cas présent est bien souvent traumatisante !

Face à la majorité, nous retrouvons en effet une opposition dont les attaques politicardes sont menées de manière frontale à coups d’arguments biaisés et réducteurs, voire populistes et mensongers qui sont assénés, quand ce n’est pas de manière théâtrale et grotesque, parfois avec une telle violence verbale que les bons pères de famille qu’ils soient bourgmestre, échevins, conseillers communaux ou simples membres du public en sont affectés profondément !

Quelques exemples :

  • Une demande de ne pas précipiter une décision avant d’avoir pu travailler avec la population concernée pour des mesures de réduction des déchets est assimilée par l’opposition à UN REFUS DE LA POLITIQUE ZERO DECHET envisagée !
  • Le refus de soutenir la proposition d’introduire une action en justice de la commune de Perwez contre l’Etat belge pour le respect du financement des zones de secours, en proposant de le faire via l’ensemble des communes représentées à l’Union des Villes et Communes est dénoncé par l’opposition comme le refus par la commune d’essayer de récupérer les montants dus et D’ETRE DONC RESPONSABLE D’UN FUTUR DEFICIT COMMUNAL IMPORTANT !
  • L'obligation de rendre une rue accessible désormais aussi aux voitures et plus uniquement aux piétons, cyclistes, cavaliers et exploitants agricoles en raison du fait que la majorité précédente a permis d’y construire des maisons, est dénoncée avec violence par l’opposition comme LE DEMANTELEMENT DU MAILLAGE CYCLISTE QU’ILS AVAIENT MIS EN PLACE !
  • Enfin, sur une demande de l’opposition de mettre dans les règlements communaux et régionaux un point relatif à la prolifération des espèces végétales invasives, la remarque de la majorité mentionnant que ces aspects y figuraient déjà explicitement est dénoncée par l’opposition comme LE REFUS DE PRENDRE DES MESURES AU SUJET DES ESPECES INVASIVES !

Et le pire est que ce genre de messages circulent dans la commune !! Certains sont écrits et feront donc beaucoup de mal pendant longtemps !

Comment ne pas se sentir mal quand on participe à la gestion d’une commune et qu’on en a fait sa vocation le temps d’une mandature comme les membres du Collège échevinal !!
En définitive, ces attaques finissent presque toujours par un vote, majorité contre opposition ! Dans quel but alors tout ceci est-il construit nous direz-vous ? Un certain nombre de substantifs très péjoratifs nous viennent bien à l’esprit, mais nous laisserons chacun juger en conscience.